Courons le monde

Basse-Terre, l’aile verte du Papillon

C’est sur l’aile gauche du papillon que nous passerons le reste de notre séjour. Réputée plus sauvage et nature, Basse-Terre nous réserve des paysages bien différents de ceux de Grande-Terre. Nous nous en apercevrons immédiatement en empruntant la route de la traversée qui, comme son nom l’indique, traverse l’île depuis Pointe-à-Pitre jusqu’à la côte ouest. La végétation devient de plus en plus dense, nous rappelant certaines jungles que l’on a pu découvrir dans d’autres pays. Nous effectuons quelques arrêts/promenades sur des sentiers qui malgré la boue envahissante restent praticables.

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Le point culminant de la route se situe entre deux collines, les mamelles du Pigeon et de Petit-Bourg. Nous empruntons le sentier de la première qui offre le point de vue le plus haut et nous permet d’admirer la couverture végétale de Basse-Terre à 360°C.

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Des randonnées, ce n’est pas ce qui manque de ce côté mais il faut toutefois sélectionner les plus intéressantes car beaucoup se ressemblent. Nous choisissons parmi les plus connues celles des chutes du Carbet. Trois cascades spectaculaires atteignables par des itinéraires plus ou moins longs et techniques. La deuxième étant accessible à 15 minutes de marche, elle regroupe une bonne quantité de touristes.

 

Nous passons la voir mais décidons de poursuivre vers la première chute qui se mérite davantage. Il nous faudra grimper 500m de dénivelé sur un chemin boueux et glissant pour apercevoir cette mystérieuse chute d’eau de plus de 100m, étouffée par l’humidité environnante.

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Au retour, nous nous arrêtons aux bains des amoureux, un repaire antillais, au pied d’une source d’eau, offrant un bain chaud qui récompensent largement nos efforts. L’eau descend directement d’un petit ru que nous remontons pour profiter de jets massants!

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Une autre randonnée qui prendra la tête de notre liste sera celle de l’ascension de la Soufrière. Volcan actif et point culminant de la Guadeloupe, il est depuis notre arrivée toujours caché sous les nuages. En effet il y pleut 340 jours par an! Nous guettons donc tous les matins la météo en temps réel pour sauter sur l’occasion dès que le sommet se laisserait découvrir! Nous tentons le coup un matin alors que les nuages caressent le haut de la montagne, apparaissent puis disparaissent en quelques secondes.

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Il nous faudra 1h30 pour rejoindre le cratère par de chemin des Dames qui offrent de beaux panoramas sur la mer. Nous nous attendions à un chemin plus physique et technique mais finalement il est très accessible. Nous profitons des éclaircies passagères au sommet pour admirer les différents points de vue, renifler l’odeur du souffre si propre aux ascensions de volcan et observer les fumeroles.

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Nous optons pour un retour par le col de l’échelle, sur un chemin moins fréquenté et plus sinueux, mais ravi d’avoir eu la chance de voir la Soufrière sous le soleil!

 

Côté mer, nous faisons encore de belles découvertes! L’archipel des Saintes est situé au Sud de Basse-Terre et est accessible en bateau. Bien qu’une seule île soit épargnée en partie des sargasses, nous décidons de tenter le coup. Nous profitons d’une journée bien ensoleillée pour nous échapper au large, découvrir ce petit havre de paie.

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Nous débarquons sur Terre-De-Haut à 9h et louons un scooter pour la journée. Découverte du fort Napoléon, randonnée jusqu’au point culminant de l’île, plages aux eaux bleues turquoise, la journée passe très vite!

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

L’île est charmante avec ses maisonnettes colorées et typiques qui ressemblent à des maisons de poupée. Dommage qu’elle soit envahie chaque matin par les touristes à scooters (comme nous :/), je plains les habitants qui ne peuvent profiter de leur situation privilégiée au calme et sans voitures…

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 
De retour sur Basse-Terre nous profitons des plages de sables noires qui sillonnent les côtes, visitons le musée du café, admirons les couchers de soleil sur la mer et prenons du temps pour nous reposer au bungalow que nous avons loué.

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Patricia la propriétaire nous offre même un moment convivial chez elle, autour d’un punch, de boudins de poisson antillais, de coco fraîche et de rillettes de marlin. Nous faisons connaissance avec son mari et le couple nous en apprend un peu plus sur leur culture. Ils nous transmettent leur joie de vivre et leur plaisir de recevoir et partager. C’est simple et sincère, tout ce qu’on aime!

Suivant Post

Précédent Post

1 Commentaire

  1. Patrick 13 mai 2018

    Bref…
    Il faut qu’on y aille
    Abdo…lu…ment !

Laisser un commentaire

365joursdesport@gmail.com

Copyright © 2016 | 365 jours de sport