365 jours de sport

Courons le monde

Retour sur nos 28 jours en Équateur

Voilà 28 jours passés à la découverte des merveilles de l’Équateur! Tout passe si vite et à la fois nous avons vu tellement de choses que nos premiers jours nous paraissent loin!

 

Ce qu’on a aimé :
– Se fondre dans la masse, être souvent les seuls touristes au milieu des locaux et pourtant ne pas se sentir observés ou différents.
– Le dépaysement, observer et expérimenter un mode de vie simple et chaleureux.
– Rencontrer des locaux généreux et tellement heureux de nous faire partager leur culture.
– Les marchés de fruits et légumes tropicaux empilés en pyramides.

 

 

Camionnette

 

 

Ce qu’on a moins aimé :
– L’odeur des étals de viande pas fraîche dans les marchés.
– Un vendeur de bus qui a parlé fort pendant 1h sans s’arrêter pour une campagne de « santé », en disant 1000 fois « merci de m’avoir écouté » mais qui ne s’arrêtait pas pour autant. « Je ne suis pas là pour vous vendre quelque chose mais juste pour vous sensibiliser à la malnutrition qui nous touche et surtout qui provoque des cancers chez nos enfants […]. J’ai une solution miracle un jus naturel à 10$. » Nous étions fous, et scandalisés par ce cinéma qui en plus fonctionne très bien sur les Équatoriens.

 

Notre coup de cœur :
– Edouard : la vue de l’immensité de l’Amazonie, ce poumon de la terre, une réserve naturelle insoupçonnée et bien réelle.

 

 

Vue Amazonie

 

 

– Ophélie : au pied du sommet du Chimborazo, à 5100m, les nuages s’envolent en quelques secondes et le chapeau enneigé apparaît, un paysage lunaire et improbable.

 

 

 

 

Ce qui nous a fait rire :
– Les vendeurs qui entrent dans les bus et qui, pendant 15 minutes, vantent les bienfaits de 4 bonbons en chocolat qu’ils sortent de leur paquet acheté au supermarché! « Aujourd’hui seulement je vous fais une super promotion, 2 pour 0,50$ et 4 pour 1$. » 😂 et le pire c’est que ça marche!
– Les gares routières où les chauffeurs crient les destinations de leur bus et viennent te chercher! On se demande si ce n’est pas eux qui décident d’où on doit aller tellement ils sont insistants ! « Quito, Quito, Quito, Quito, Quito » ; « Otavalo, Otavalo, Otavalo, Otavalo, Otavalo »

 

Ce qui nous a fait moins rire :
– Louper la descente du bus à Lactacunga car personne ne nous informe, et lâchés 15 minutes plus loin, se retrouver à pied au milieu de la Panamerica!
– Descendre pendant 4h dans la boue jusqu’aux genoux, sous la pluie dans les nuages à El Cajas.
– A Quilotoa, payer 2 fois plus cher que d’habitude une auberge qui a été la pire de toutes celles qu’on a fait en terme d’accueil et de nourriture.

 

Ce qui nous a surpris :
– Les équatoriens mangent tout le temps! Et surtout des cochonneries issues des milliers de petits bouibouis qui vendent des sucreries. Les villes grouillent de petits barbecues à tous les coins de rues, où dorent des pattes de poulet, des brochettes, des bananes, du maïs…
– Les milles formes de maïs à manger!
– Les maisons en construction, inachevées.

 

 

Céréales

 

 

Ce que nous avons appris :

– À être plus tolérant! À ne pas souffrir du temps qui peut être long, des bêtes en Amazonie, de l’inconnu, de l’imprévu, des situations déstabilisantes.

– À se satisfaire de choses simples.
– Pleins de nouveaux mots en espagnol! Nous progressons chaque jour. Nous parlons plus facilement aux gens, et osons poser plein de questions.

 

Et bien sûr, nous n’avons pas oublié notre défi, le sport a aussi occupé nos journées :
Course dans l’aéroport de Miami, marche sportive pour traverser les villes, trail, footing, trek en altitude, canoë, VTT, tennis de table, billard, baby-foot, rafting, canyoning, tyrolienne, randonnée dans la jungle, volley, foot, marche dans la boue, et gainage. Sans oublier les trajets avec le sac à dos plein, c’est du sport aussi, surtout en montée, et nous avons pu constater que l’Équateur n’est pas plat!

 

 

Sport

Suivant Post

Précédent Post

Laisser un commentaire

365joursdesport@gmail.com

Copyright © 2016 | 365 jours de sport