365 jours de sport

Courons le monde

Parque National El cajas, notre première nuit en tente

Nous voici déjà sur la fin de notre séjour en Équateur. Le bus nous mène vers notre dernière escale. L’avantage d’ici c’est qu’on ne s’ennuie pas dans le bus, la fenêtre nous permet d’admirer la beauté du pays.

 

 

Trajet bus

 

 

Bientôt en route pour le Pérou, le pays des treks! Alors pourquoi ne pas oser une nuit en tente avant, pour tester notre équipement et goûter les 2 degrés des 4000m d’altitude! Le Parc National « El Cajas » nous attend, perché sur les hauteurs de Cuenca, notre dernière ville équatorienne. Son centre historique à l’architecture coloniale est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, et avant de partir pour un petit trek de 2 jours nous profitons de la ville.

 

 

Cuenca

 

 

5h45, le réveil sonne et nous sautons du lit sans difficulté, impatient de découvrir de nouveaux paysages. Le bus de 7h nous mène à l’accueil du parc pour s’enregistrer. Nous y laissons nos gros sacs pour effectuer une première boucle de 3h. Déjà nous sommes séduits par les tons ocres des montagnes qui contrastent avec ce que nous avons déjà pu voir jusqu’à présent. 8h30, nous nous engouffrons dans un premier sentier qui grimpe rudement. L’effort est intense mais la récompense est au delà de nos attentes. Perchés au sommet, un panorama à 360° s’offre à nous, des montagnes à perte de vue ponctuées de lagunes.

 

 

Vue cajas

 

Le paysage semble sec, pourtant la pluie fréquente et la présence des lagunes inondent les sols, si bien qu’il est facile d’y laisser une chaussure! Aujourd’hui le soleil est radieux, nous avons beaucoup de chance. Au sommet, nous retrouvons un couple de français que l’on avait rencontré à Baños, et que l’on retrouvera sûrement au Perou puisqu’ils s’y dirigent le lendemain! Ce n’est pas la première fois que l’on recroise des voyageurs, à Baños nous avions également retrouvé la famille de San Fransisco, à la sortie du supermarché. C’est très amusant!

 

De retour à l’accueil, nous reprenons nos sacs et partons pour un deuxième sentier qui nous plongera dans l’immensité du parc. De ce côté-ci, personne, pas un randonneur. En effet, ne peut s’y aventurer que celui qui est équipé pour camper. Après une petit grimpette nous sommes à nouveau face à des paysages à couper le souffle.
Nous nous installons pour pique-niquer, et tester le réchaud. Puis nous descendons jusqu’à la lagune pour faire notre petite vaisselle!

 

 

El cajas ophelie

 

 

Rechaud midi El cajas

 

Nous continuons notre randonnée à travers les terrains vallonnés, appréciant cette solitude et cette nature préservée. Les sentiers sont techniques: humidité, sol spongieux, glissant, dénivelé prononcé, d’autant plus que l’on s’égare du chemin principal sans s’en rendre compte. Nous nous aidons de l’orientation des montagnes, de l’emplacement et la forme des lagunes pour nous repérer sur le plan peu détaillé, pris en photo avant de partir. Nous finissons par rejoindre le sentier, sans détour, et filons vers la vallée où se cache la lagune auprès de laquelle nous devons dormir.

 

 

El cajas ophelie cascade

 

 

Nous l’atteignons finalement puis cherchons un emplacement au sec pour la tente. Le temps de tout installer, se rincer les pieds dans la lagune, déjà la nuit tombe il est 18h30. Le froid se fait sentir mais nous sommes bien couvert. Edouard se réchauffe avec un thé avant de préparer le dîner, aux lueurs de la lampe frontale. Le temps que les pâtes cuisent nous éteignons les lumières pour habituer nos yeux au noir et observons le ciel étoilé. La lune est derrière la montagne et nous permet de distinguer la silhouette des reliefs. Perdus au milieu de la nature, seul le cris des chauve-souris (nous pensons), leur échos et le bruit de l’eau ponctuent le silence. Les nuages inondent le ciel. Déjà une petit bruine résonne sous la tente, bien au chaud dans nos duvets nous profitons de cette première nuit en nature.

 

 

Campement El cajas

 

 

A 7h, la brume caresse les montagnes, la pluie s’abat part intermittence, le soleil ne se montrera pas aujourd’hui. Le petit déjeuner au calme est tout de même bien agréable. Nous partons finalement à 9h malgré la météo maussade, sans savoir que le chemin sera long et laborieux. Durant les deux premières heures nous nous concentrons sur le chemin afin d’éviter au maximum de mettre les pieds dans la boue. La monté devient glissante et le passage du col dans les nuages nous décourage un peu.

 

 

Randonnee cajas

 

 

La descente est pire. Nous ne cherchons plus où poser nos pieds déjà pleins de boue mais plutôt où nous accrocher pour ne pas glisser. Le temps passe et les conditions ne s’améliorent pas. Nous prions pour voir apparaître la lagune qui signale la fin du chemin. Nous finissons plus bas en dessous des nuages, qui obstruent le paysage. Épuisés, par ces 4h30 d’effort, nous déjeunons à l’abri avant de rejoindre la route pour attraper un bus qui nous ramènera à la ville.

 

 

Boue El cajas

 

 

Il ne peut y avoir que de bonnes expériences ! Nous sommes tout de même contents d’avoir pu camper et découvrir de superbes paysages le premier jour.

 

Nous profitons de Cuenca le lendemain, entre musée, église, marché, parc, rivière et pauses gourmandes.

 

 

Fleur

 

 

Marche mais

 

 

22h, à la gare routière, direction le Pérou!

 

 

Toutes les photos de l’Amazonie sur Flickr:
Album Equateur

 

 

Suivant Post

Précédent Post

Laisser un commentaire

365joursdesport@gmail.com

Copyright © 2016 | 365 jours de sport